Accueil / Social Media / Dossier : les réseaux sociaux anonymes

Dossier : les réseaux sociaux anonymes

Peut-on réellement être anonyme sur les réseaux sociaux ? Oui, et certains sont créés dans ce but. L’anonymisation de contenus vient principalement des Etats-Unis où on observe une forte hausse de la création de social media anonymes. Tendance éphémère anti-facebook ou nouveau concept pérenne ? Faisons le tour de quelques réseaux sociaux anonymes existants et de leurs fonctionnalités.

anonyme1

1) Snapchat et Ello

Et oui, Snapchat a engendré le phénomène en laissant libre cours à la « parole brute » qui peut se faire de manière complètement anonyme. L’utilisation du « spontané » comme mode de vie a séduit immédiatement les adolescents du monde entier, leur permettant de s’exprimer comme ils l’entendent. Cette singularité dans l’usage d’un réseau social a provoqué la réflexion de businessmen et start-upeurs : comment surfer sur cette vague ? Tandis qu’Ello s’est positionné comme un réseau « anti-facebook » en promettant de protéger les données de ses utilisateurs. Ello est un social media marginal, résolument tourné vers une population plus marginale et créative.

snapello

2) Secret

On vous parle quand même de Secret, même si le réseau social est mort : en effet, en avril 2015 le fondateur David Bittow décide de fermer Secret et de rendre l’argent aux investisseurs. Il mérite d’être cité, car il s’agit d’un épiphénomène qui a réussi à récolter 35 millions de dollars. Le fonctionnement de l’application était de pouvoir communiquer des rumeurs, des ragots de manière totalement anonyme. Forcément, cela a vite dérapé lorsque des propos malsains ou du harcèlement ont été détectés. En 2014, les développeurs ont intégré une sorte de filtre, contrant les injures et les données trop personnelles. Cependant, on connaît la suite : le « bouclier » n’a pas vraiment marché et le créateur de l’appli a décidé de fermer boutique.

secret

3) Yik Yak

Tyler Droll and Brooks Buffington, deux universitaires, ont lancé Yik Yak en 2013. Ce réseau social est beaucoup utilisé aux Etats-Unis sur les campus. Avec cette appli, on peut laisser un petit message dans une zone limitée à 8km : géolocalisation + message façon tweet + anonymat = Yik Yak. Leur slogan est « Find your Herd », en français « Rejoignez votre troupeau ». Les utilisateurs peuvent voir un live feed de ce qui est partagé autour d’eux ; ils peuvent ainsi joindre la conversation, et « upvote » ou « downvote » les commentaires. Pour éviter toute mauvaise blague ou messages d’intimidation, les créateurs ont mis en place des barrages virtuels, pour que l’utilisation de l’appli soit restreinte.

yikyak

4) YiHa

Créée par deux étudiants franco-belges, le réseau social YiHa souhaite concurrencer Yik Yak avant son implantation en France. Fondée par Alex Faimali et Wassim Ben Haj, la start-up s’est installée dans un camping-car et a fait le tour de la capitale cet été afin de faire connaître leur projet. YiHa permet d’échanger des messages avec des personnes autour de soi dans un rayon de maximum 20km et ce, de manière anonyme. Comme Yik Yak, YiHa dispose d’un système de vote : « Upvote ce que tu aimes, Downvote ce qui te déplaît, Réponds si tu le veux » peut-on lire sur leur site web. Ce qui permettrait peut-être non pas d’anéantir mais de réduire les messages à scandale.

yiha

5) Whisper

« Whisper » qui signifie « chuchotement » ou « murmure » en français, est un réseau social qui prône la confidence et l’anonymat le plus total. Mis en ligne en mars 2012, les fondateurs sont Michael Heyward et Brad Books. Les membres de Whisper peuvent poster des contenus comme ils le veulent : pas besoin de pseudo. La géolocalisation peut être activée pour lire des whispers non loin de nous. Les utilisateurs postent des secrets, des confessions, des jeux de mots ou des peurs… la plupart en anglais, pour se faire comprendre de tous. Lors de la publication, une image est mise automatiquement, que l’on peut changer par la suite. Les « whisperers » peuvent ainsi liker et répondre de manière publique ou privée à l’auteur.

whisper

6) Gossip

Application qui a connu un grand succès mais aussi un grand scandale dans les cours de récré françaises à cause des dérives, Gossip a été créé par Cindy Mouly, qui propose aux utilisateurs de colporter des ragots. Librement inspiré de la série « Gossip Girl », l’accès vous permet d’avoir une vue globale sur les derniers potins de vos contacts téléphoniques et Facebook. On ne peut voir le gossip que durant 10 secondes sur son écran, puis il disparaît définitivement. Pour générer une rumeur, le créateur du post a deux choix : le mettre uniquement en texte avec l’identification des personnes concernées, et la deuxième possibilité est de partager une photo ou vidéo avec un commentaire et une identification.

gossip

En résumél, les réseaux sociaux anonymes suscitent de nombreuses controverses. Défouloir ou refuge pour certains, il faut néanmoins faire attention aux dérives causées par ces social media comme le cyber-harcèlement ou les propos dangereux, malgré une intention dénuée de malveillance de la part des créateurs d’applications.

À propos Alice BERTRAN

Community Manager, webmaster et rédactrice web. Geekette à ses heures perdues, tombée dans le web et depuis, jamais ressortie !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*