Accueil / Marketing / La publicité en ligne est-elle morte ?

La publicité en ligne est-elle morte ?

C’est une question qu’on est en droit de se poser. En effet, la bataille des anti-bloqueurs et des pro-bloqueurs de publicité montre l’ambivalence du web. D’un côté, des internautes lassés de devoir sans arrêt subir les coupures des vidéos, les pop-ups ou autres bannières ; de l’autre, des sites web qui ne peuvent pas continuer financièrement sans les publicités. La pub en ligne est-elle en train de dépérir ?

street closed

D’après un rapport de PageFair et Adobe datant de juin 2015, le blocage de la publicité en ligne est de plus en plus courant. De plus, cette tendance fait perdre des milliards de dollars à l’échelle mondiale. Et le phénomène ne fait que prendre de l’ampleur au fil du temps, comme nous l’indique les Echos : « Un tiers du temps passé sur la vidéo en ligne ne serait plus monétisé ». Un soulagement pour les consommateurs de contenu, un calvaire pour les webmarketeurs ?

Des deux côtés de la barrière, on s’organise. Des développeurs mettent au point des armes de blocage éthiquement massives (The Ethical Ad Blocker) tandis que les militants d’un internet sans publicités envahissantes sont de plus en plus nombreux. Apple a frappé fort en septembre avec l’arrivée des bloqueurs « nouvelle génération » au sein de son nouveau système d’exploitation, l’iOS9.

Une de ces applications, Peace, a été une des plus téléchargées sur l’AppStore en quelques heures. Cependant, cela n’a pas empêché Marco Arment, le créateur, de la retirer. La cause : il allait considérablement « blesser » beaucoup de personnes qui travaillent pour des sites web nécessitant la publicité pour continuer à vivre. Il l’explique sur son blog avec le texte expiatoire « Just doesn’t feel good ». Un sursis.

marco arment

D’un autre côté, la publicité en ligne se porte plutôt bien. Une infographie du site Emarketing montre la confiance en la publicité dans le monde :

confiance pub

Malgré le gouffre financier que représentent les bloqueurs, la pub en ligne se porte plutôt bien pour l’instant. Michael Gundlach, le fondateur d’AdBlock (différent d’Adblock Plus) a récemment mis son outil aux « whitelists » en participant au programme Publicités Acceptables. Le principe ? Des consignes strictes qui font le tri entre « mauvaises » et « bonnes » publicités. Ces dernières sont des pubs statiques, textuelles et qui ne doivent en aucun cas gêner le contenu du site.

pub acceptables

Plus qu’une simple guerre des clans, il s’agit d’une question d’éthique : comment concilier la pérennité de contenus de qualité sans publicité ? Tout cela sans agresser l’internaute, toujours plus agacé par les annonces intrusives ? La publicité en ligne doit se jouer des codes – et trouver des compromis entre les différents acteurs : éditeurs, publicitaires, et visiteurs de sites web.

À propos Alice BERTRAN

Community Manager, webmaster et rédactrice web. Geekette à ses heures perdues, tombée dans le web et depuis, jamais ressortie !

Un commentaire

  1. Merci pour cet article très intéressant pour aider les start-up à se lancer dans la publicité en ligne

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*